Partir de zéro

Citation de Jon Kabat-Zinn (extraite de 100 expériences de pleine conscience aux éditions Flammarion)

« Pourquoi une telle approche ? Provoquer cette situation paradoxale incite les personnes à apprécier le non-effort et l’acceptation de soi comme des modes d’êtres. Cela les autorise à partir de rien, à expérimenter une nouvelle façon de voir et de sentir, sans dépendre de critères de réussite et d’échec liés à la vision coutumière et étroite de leurs problèmes et ce qu’ils se croient obligés de sentir.

C’est ainsi que nous pratiquons la méditation, parce que l’effort qui consiste à vouloir « aller quelque part » est trop rarement susceptible de provoquer un changement, une croissance, une guérison. Car il naît d’un refus de la réalité de l’instant présent, sans aucune prise de conscience ni compréhension de cette réalité. »

Lorsque une situation complexe se présente à nous, notre tendance naturelle est de la résoudre avec nos schémas habituels.

Faire appel à la créativité et connecter notre cerveau pré-frontal nécessite de considérer l’événement avec un regard accueillant et neutre tel celui d’un chercheur, faisant appel à la curiosité. De là viendront d’autres options, d’autres solutions, menant à une résolution et une ouverture vers d’autres perspectives.

Dans les situations particulièrement tendues entre collaborateurs ou délicates de par leur complexité, l’invitation est ici à « lâcher » ce qui est connu pour oser la nouveauté, le changement, l’évolution.

La pratique régulière de la méditation nous permet par l’attention à ce qui est, de calmer tout d’abord notre esprit, d’observer nos pensées pour ce qu’elles sont  (des pensées) et d’être attentif au processus émotionnel et réactif qui les accompagne. Elle nous conduit alors vers un élargissement de notre vision et d’autres options se manifestent.

 

100 expérience de pleine conscience JKB