La dépendance dans la relation de couple

Les besoins non satisfaits, l’absence de l’autre sont parfois source de souffrance. Les représentations du couple issues d’un désir profond d’aimer et d’être aimé sont confrontées à une réalité se révélant parfois douloureuse :  « Ah si tu m’aimais…!!! ou encore : « Aimer, c’est comme ça !!!…

Le couple s’installe alors dans un mouvement de dépendance, le besoin d’être « nourri » par l’autre. Chacun des partenaires prend alors le rôle de dépendant pour l’un et de co-dépendant pour l’autre. Les degrés de dépendance sont variables en intensité. Ces processus sont inconscients ; leur origine est très archaïque.

Le bébé que nous étions s’est développé dans une totale dépendance à sa mère avant d’en être séparé le jour de sa naissance, puis peu à peu dans une « différenciation » avec elle. Lorsque la mère prend soin des besoins de son enfant, elle le reconnaît comme un être à part entière, ayant sa propre vie. Il peut alors se séparer d’elle peu à peu, à mesure qu’il grandit, se détacher et exister pleinement. Dans certaines situations, l’attachement à la mère ne s’est pas déroulé correctement, le bébé a pu vivre de la maltraitance, des situations d’abandon… créant des traumatismes et des blessures que l’adulte cherchera à combler dans la rencontre amoureuse.

D’une manière générale, ce souvenir de fusion totale laisse quelques mémoires « inconscientes ». Tout un chacun en garde une forme de nostalgie d’idéal qu’il cherche à retrouver dans la relation amoureuse.

Lorsque la dépendance fait souffrir, la première étape est d’en prendre conscience, de l’accueillir et de la regarder avec beaucoup de bienveillance, d’attention et de présence.  Accepter qu’elle se manifeste, permettre à ces blessures anciennes d’êtres reconnues entendues.

Le couple est un lieu d’évolution, l’être aimé, l’être cher nous percute dans nos fragilités, son rôle n’est pas d’être thérapeute. l’invitation est ici à porter attention à nos blessures sans chercher à accuser l’autre afin de donner une chance à chacun de grandir vers plus d’autonomie, de liberté et d’intimité amoureuse.

 

YinYang #4